La bibliothèque Thiers

La bibliothèque Thiers conserve environ 156 000 volumes issus d’achats, dons et legs, dont 1 500 titres de périodiques anciens, 30 000 estampes et caricatures, 1 000 dessins et 2 357 cartons de manuscrits. Elle a pour spécialité l’histoire générale, politique, militaire, sociale et administrative de la France, de la Révolution à la Première Guerre mondiale.

Les fonds

Le fonds d’origine

Le fond d’origine de la bibliothèque Dosne-Thiers conserve l’œuvre et la correspondance d’Adolphe Thiers, ses papiers personnels, notes de travail ou encore livres et manuscrits rassemblés par lui et Mlle Dosne. Depuis 1985, la bibliothèque conserve également les 8000 livres de sa bibliothèque personnelle portant l’ex-libris de leur propriétaire.

Le fonds Frédéric Masson

Grâce à l’important legs reçu en 1926 de l’historien Frédéric Masson (1847-1923), fervent admirateur de Napoléon, la fondation Dosne-Thiers est également dotée d’une remarquable collection sur le Premier Empire, comprenant de nombreux documents napoléoniens : lettres, rapports, récits, mémoires, diplômes, invitations, coupures de presses… La collection réunit 70 000 livres,1000 dessins, 30 000 estampes, et plus de 2000 objets.

Autres

fonds

Lors de la donation faite en 1905, l’Institut eut mission de former par des achats judicieux cette bibliothèque historique souhaitée par Mlle Dosne. À ces achats se sont ajoutés des dons et des legs.

On peut distinguer les grands ensembles suivants :

  • La correspondance reçue par le duc Decazes (1819-1886), ministre des Affaires étrangères de 1873 à 1875, contenant d’importants documents diplomatiques de la période 1873 à 1877.
  • Les manuscrits originaux et épreuves des ouvrages d’Henry Houssaye (1848-1911), offrant également un choix intéressant sur l’histoire militaire du Premier Empire.
  • La correspondance reçue par Damas-Hinard (1805-1891), secrétaire des commandements de l’impératrice Eugénie.
  • Le fonds Jules Claretie (1840-1913), administrateur de la Comédie française, acheté en 1917 et constitué de 6.000 volumes sur le XIXe siècle.
  • Le fonds Joseph Denais (1851-1916), comportant des imprimés et 90 cartons d’archives sur la franc-maçonnerie des origines à 1914 (manuscrit complet de la Bibliographie de la franc-maçonnerie et des sociétés secrètes de Paul Fesch continué, revu et corrigé par Joseph Denais), le journalisme et l’empire ottoman.
  • Le fonds René Famchon (1852-1941) sur la guerre de 1870 et la Commune de Paris.
  • Le fonds Jules Baroche (1802-1870), ministre et président du Conseil d’État sous le Second Empire.
  • Le fonds Otto Karmin (1882-1920) concernant l’économie politique, les mouvements communistes et la Commune de Paris.
  • Le fonds Gustave d’Eichthal (1854-1936), constitué d’imprimés et de 5 cartons de manuscrits sur le saint-simonisme et les mouvements sociaux pendant la Restauration et le règne de Louis-Philippe.
  • Les archives de l’hôpital militaire auxiliaire n° 265 installé à l’hôtel Thiers pendant la Guerre de 1914-1918. Cf. aussi le site « L’Institut de France et la Grande Guerre » et la liste des soldats blessés accueillis à l’hôpital auxiliaire n° 265 (base Lucy-Miret).

Les dons de livres actuels proviennent principalement des auteurs et des éditeurs (justificatifs de droits de reproduction, catalogues d’expositions auxquelles la bibliothèque a consenti des prêts, chercheurs ayant travaillé à la bibliothèque, dons d’académiciens, etc.).

La bibliothèque continue d’acquérir des documents concernant l’histoire de France de 1789 à 1918 et correspondant aux différents sujets représentés dans ses fonds : Premier et Second Empire, histoire des mouvements sociaux au XIXe siècle, caricature, révolution de 1848, Commune de Paris, franc-maçonnerie au XIXe siècle, etc.

L'Édito

Je mesure combien notre mission est cruciale et singulière. Nous ne nous prenons pas pour une institution inclassable ou supérieure, une tour d’ivoire jouissant d’un statut que d’aucuns jugent démodé.


Nous formons, dans nos spécificités, un lieu ouvert où peuvent s’exercer librement les travaux scientifiques, littéraires et artistiques, au service de tous.

C’est en cela que nous sommes une institution républicaine. C’est en cela que la France montre, en nous plaçant sous la protection du chef de l’État, qu’elle est fidèle à elle-même : une grande nation qui garantit la liberté de pensée, de création et de recherche, en dehors des querelles partisanes. Nous voulons scrupuleusement honorer cette confiance que la France nous a accordée.

Tel est bien notre engagement fondateur, celui que Boissy d’Anglas formula dans son discours – certes emphatique mais visionnaire – à la Convention nationale, le 23 juin 1795 : « Nous proposons de créer un Institut national [qui] honore non seulement la France seule, mais l’humanité toute entière, en l’étonnant par le spectacle de sa puissance et le développement de sa force. »

le-edito

Toutes les conditions sont reunies pour poursuivre et reussir ce projet magnifique, grace a la volonte partagee et a la salutaire concorde de nos six entites (Academies et Institut).

À ma place, désormais, j’y concourrai de toute mon énergie, habité par la conviction que la culture et le savoir font prospérer l’unité, la force et la grandeur d’une nation.

Je mesure combien notre mission est cruciale et singulière. Nous ne nous prenons pas pour une institution inclassable ou supérieure, une tour d’ivoire jouissant d’un statut que d’aucuns jugent démodé.
Nous formons, dans nos spécificités, un lieu ouvert où peuvent s’exercer librement les travaux scientifiques, littéraires et artistiques, au service de tous. C’est en cela que nous sommes une institution républicaine. C’est en cela que la France montre, en nous plaçant sous la protection du chef de l’État, qu’elle est fidèle à elle-même : une grande nation qui garantit la liberté de pensée, de création et de recherche, en dehors des querelles partisanes. Nous voulons scrupuleusement honorer cette confiance que la France nous a accordée. Tel est bien notre engagement fondateur, celui que Boissy d’Anglas formula dans son discours – certes emphatique mais visionnaire – à la Convention nationale, le 23 juin 1795 : « Nous proposons de créer un Institut national [qui] honore non seulement la France seule, mais l’humanité toute entière, en l’étonnant par le spectacle de sa puissance et le développement de sa force. »
xavior-darcos

Xavier Darcos, chancelier de
l’Institut de France 

Lorem ipsum dolor sit amet. Aenean commodo  dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus and magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus.

Donec quam felis, ultricies nec, pellentesque eu, pretium quis, sem.Lorem ipsum dolor sit amet,  Cum sociis natoque penatibus and magnis dis parturient montes.

L'ACADÉMIE FRANÇAISE
L'ACADÉMIE DES BEAUX ARTS
L'ACADÉMIE DES SCIENCES

Consulter les catalogues

Livre de la Bibliothèque ouvert, La salle de lecture est ouverte à partir du 3 décembre

Les catalogues informatisés sont consultables dans le SUDOC et le catalogue de la Bibliothèque de l’Institut (livres et périodiques) et sur CALAMES (manuscrits). Ces catalogues sont encore enrichis aujourd’hui.  En savoir plus

Livres et périodiques
Les livres et périodiques antérieurs à 2009 sont répertoriés dans les fichiers manuels de la bibliothèque qui doivent être consultés sur place. Engagée en 2007, l’informatisation du catalogue progresse à un rythme soutenu. Les notices postérieures à 2007 et les notices plus anciennes d’ores et déjà converties sont consultables dans le SUDOC, et à partir du catalogue informatisé de la bibliothèque de l’Institut de France (cotes commençant par « Thiers »).
Consulter le SUDOC
Consulter le catalogue de la Bibliothèque de l’Institut (cotes commençant par « Thiers »)

Manuscrits

Le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France (Paris : Bibliothèques de l’Institut. Musée Condé à Chantilly. Bibliothèque Thiers. Musées Jacquemart-André à Paris et à Chaalis. Paris : Plon, 1928 ) a été complété et mis en ligne sur le site Calames (index Paris : Bibliothèque Thiers). Il continue à être enrichi.
Ce catalogue informatisé comprend actuellement : 

  • Le fonds général : cotes Ms T 1 à 1479 
  • Le fonds Masson : cotes Ms Masson 1 à 748
  • Le fonds de l’Hôpital militaire auxiliaire : cotes Ms HAM A à Z
  • Le fonds Joseph Denais sur la franc-maçonnerie : cotes Ms Denais 1 à 90
    Pour chaque fonds, des inventaires, des index détaillés et des suppléments sur papier sont consultables sur place.

Consulter CALAMES

Tableaux, estampes, objets : catalogues papier à consulter sur place

Découvrir les trésors de la bibliothèque

Retour haut de page