Trésor de juin 2020 : Enrichissement de l’inventaire des manuscrits de Frédéric Masson

Les trésors de la bibliothèque - 19 juin 2020

Frédéric Masson (1847-1923), historien spécialiste de Napoléon, élu à l’Académie française en 1903, nourrissait pour la fondation Dosne-Thiers un intérêt tout particulier : il en avait été l’administrateur pendant les sombres années de guerre, et c’est à son initiative que l’hôtel avait été transformé en hôpital militaire auxiliaire de 1914 à 1918. Par ailleurs, le but-même de cette fondation, la bibliothèque, ne pouvait qu’intéresser l’ancien bibliothécaire du Ministère des Affaires étrangères qu’il avait été dans sa jeunesse. Aussi pria-t-il sa femme de léguer, après sa mort, son immense collection à la chère fondation qu’il avait administrée avec passion et dévouement jusqu’à ses heures dernières.

À partir de 1926, ce sont ainsi quelque 70 000 imprimés, 30 000 gravures et dessins, une centaine de tableaux, plusieurs milliers d’archives et de manuscrits, et plus de 2 000 objets, qui vinrent enrichir le fonds de la bibliothèque fondée par Mlle Dosne et inaugurée en 1913.

Au sein de cet ensemble, les manuscrits revêtent une importance toute particulière. C’est la collection d’un des meilleurs spécialistes napoléoniens de son temps. Conditionnés dans plus de 700 cartons d’archives, les documents sont des plus variés. Masson acquit les papiers de Montholon comportant les brouillons du récit des dernières années de l’empereur, les papiers de Julie et Désirée Clary, les registres de Ballouhey, intendant des impératrices Joséphine et Marie-Louise. Parmi les mémoires, les souvenirs du sous-officier de la Garde impériale, Jean-Michel Chevalier, qui suivit Napoléon sur tous les champs de bataille, sont illustrés de gouaches naïves. Le fonds de documents sur la reine Hortense, fille de Joséphine et mère de Napoléon III, contient un album d’amusantes pochades croquant les invités du château d’Arenenberg. Bon nombre de ces documents sont encore inédits et feraient le bonheur de chercheurs s’ils étaient suffisamment connus.

Malheureusement, ce fonds est entré au moment où l’on mettait sous presse le volume du Catalogue des manuscrits des bibliothèques publiques de France consacré à la bibliothèque Thiers : seules six pages de « Supplément » ont été consacrées au fonds Frédéric Masson. Les notices informatiques qui en ont été tirées pour la base Calames sont plus que sommaires et doivent être complétées, sur place à la bibliothèque Thiers, par la consultation systématique du registre papier en quatre volumes rédigé par Léon Grasilier, secrétaire de Frédéric Masson.

En ce temps de confinement et de télétravail, nous avons pensé que ce serait faire œuvre utile que d’enrichir les notices Calames du fonds Masson au moyen des renseignements fournis par le catalogue papier. C’était un travail de longue haleine : il ne s’agissait pas de retranscrire mot pour mot tout le contenu des quatre volumes (cela eût compliqué la consultation du catalogue informatisé), mais de sélectionner les informations et de les synthétiser pour compléter les notices existantes sans les alourdir.

En mai 2020, le travail a été achevé : 305 cotes correspondant aux documents originaux réunis par Frédéric Masson ont été complétées et corrigées. On peut les consulter ici.

 

 

Caricature de Frédéric Masson

 

Lettre de l’impératrice Marie-Louise

 

Pochades d’Arenenberg : la duchesse de Dino

 

Souvenirs de J.-M. Chevalier : l’incendie de Moscou

 

Extrait du registre de Ballouhey, intendant des impératrices Joséphine et Marie-Louise

 

Carnets de reconnaissance militaire du capitaine Eymard

Cela peut

vous intéresser

Retour haut de page